Aides à la création ou à la reprise d’entreprise

La création d’entreprise peut s’avérer un sujet de préoccupation tant il y a de démarches à effectuer et de sujets auxquels penser.

L’un des aspects les plus préoccupants est celui du financement de projet, mais sachez qu’il existe plusieurs aides.

Elles peuvent être d’ordre social, fiscal ou même être spécifiques à certains profils. La plupart sont également valables dans le cas de reprise d’entreprises.

Pour les demandeurs d’emploi

L’ACRE (Aide aux créateurs et repreneurs d’entreprise)

Initialement, il s’agissait de l’ACCRE, une aide qui permettait de bénéficier de 75% d’exonération des charges la première année. Elle pouvait être valable sur trois ans pour les micro-entrepreneurs. Depuis le 1er janvier 2020, elle est accessible à tous mais uniquement sur une année et n’octroie dorénavant que 50% d’exonération des charges.

Vous trouverez ici quelques informations.

 

L’ARE (Aide au retour à l’emploi)

 

L’ARE est ce que vous touchez en tant que demandeur d’emploi. En reprenant ou en créant une entreprise, on peut cumuler ses revenus avec une partie de cette allocation. Cependant, le cumul est limité à la durée des droits du demandeur d’emploi. Le montant versé est recalculé dès que vous commencez à percevoir des revenus dans votre nouvelle activité. Le jour où vous percevez plus que votre ancien salaire, pôle emploi cesse de vous verser cette allocation. Les micro-entrepreneurs sont également éligibles à l’ARE.

 

L’ARCE (Aide à la reprise et à la création d’entreprise)

L’ARCE facilite le lancement d’une activité en immobilisant du capital. C’est une aide de pôle emploi est soumise à trois conditions :

  • Être demandeur d’emploi

  • Être éligible à l’ARE

  • Bénéficier de l’ACRE

Dans ces conditions, Il est possible de demander le versement d’une partie de votre ARE (45%) en deux fois. Le premier versement correspond à la moitié de ces 45%. L’autre moitié peut être versée 6 mois après, à condition de prouver que vous êtes toujours en activité. Notez que l’ARCE n’est pas cumulable avec le duo ARE-salaire car le montant versé correspond à 45% du total des ARE auxquels vous avez droit.

Activ’Créa

C’est une aide pôle emploi qui n’est ni financière, ni une exonération mais plutôt un accompagnement à la création ou reprise d’entreprise. Un prestataire privé désigné par pôle emploi va estimer la viabilité de votre projet et définir si nécessaire une feuille de route.

Pour les non-demandeurs d’emploi

Dans ce cas, il s’agit surtout de faciliter l’accès aux garanties bancaires, donc au financement, plutôt que de bénéficier d’aides financières.

JEI (Jeune entrepreneur Innovante)

Il s’agit d’un statut d’entreprise qui donne accès à certains avantages.

Les JEI sont totalement exonérées d’impôts sur le revenu ou sur les sociétés la première année et, à 50% la seconde. Elles bénéficient également d’une exonération de la cotisation économique territoriale et de la taxe foncière. Il est aussi possible de bénéficier de réduction de charges sociales sur les salaires sous certaines conditions

 

Garantie Transmission de la BPI

C’est une aide de la BPI permettant de garantir jusqu’à 50% de vos prêts pour les repreneurs d’entreprises. Il est possible d’aller jusqu’à 70% grâce au conseil régional dans certaines régions.

 

Garantie France Active

Il s’agit d’une garantie institutionnelle qui vient cautionner le prêt à hauteur d’un certain pourcentage et sur une certaine durée. N’hésitez pas à les contacter pour plus d’informations sur leurs procédures et la constitution du dossier.

 

Micro crédit de l’ADIE (Association pour le Droit à l’Initiative Économique)

Adressée aux créateurs d’entreprise parisiens, cette aide est à destination de ceux qui n’ont pas accès aux crédits bancaires. L’ADIE octroie un crédit de 10 000 €.

Cette liste n’est pas exhaustive. Il existe plusieurs autres organismes de financement à même de vous aider financièrement ou vous accompagner.

Il convient avant tout de bien se renseigner.

Plus

D’articles

Impôt sur les sociétés, ce qu’il faut savoir

Impôt sur les sociétés, ce qu’il faut savoir

Impôt sur les sociétés, ce qu'il faut savoirDATE 23.09.21Si l’imposition concerne les particuliers, elle s’applique également aux sociétés. L’impôt sur les sociétés (IS) est un impôt annuel qui s’applique aux bénéfices et aux excédents bruts d’exploitation de société....

Règlementation sur le remboursement des achats en magasin

Règlementation sur le remboursement des achats en magasin

Règlementation sur le remboursement des achats en magasinLes demandes de remboursement à la suite d’achats font partie intégrante de la vie d’un commerce. C’est pourquoi il est important de savoir de quoi il retourne d’un point de vue légal. Déception après un achat,...

Mutuelle d’entreprise : ce qu’il faut savoir

Mutuelle d’entreprise : ce qu’il faut savoir

Mutuelle d’entreprise : ce qu’il faut savoirLes entreprises du secteur privées sont soumises, depuis janvier 2016, à l’obligation de proposer à leurs salariés une couverture de santé regroupant des garanties minimales. Quels nouveaux automatismes en découlent pour...

ASSURANCE DU LOCAL COMMERCIAL : CE QU’IL FAUT SAVOIR

ASSURANCE DU LOCAL COMMERCIAL : CE QU’IL FAUT SAVOIR

ASSURANCE DU LOCAL COMMERCIAL : CE QU’IL FAUT SAVOIRL’assurance d’un local commercial est un contrat par lequel un assureur s’engage à couvrir la survenance de certains risques en contrepartie d’une prime d’assurance (rémunération). Pour ce faire, il faut prendre en...

E-commerce vs commerce de proximité, quels sont les avantages ?

E-commerce vs commerce de proximité, quels sont les avantages ?

E-commerce vs commerce de proximité, quels sont les avantages ?Comme nous l’indiquions dans notre article sur les chiffres du e-commerce en 2020, la digitalisation accélérée a révolutionné la façon de commercer et de consommer. Toutefois, les commerces de proximité...

5 indicateurs à suivre pour votre commerce

5 indicateurs à suivre pour votre commerce

5 indicateurs à suivre pour votre commerceEn tant que chef d'entreprise, vous ne pouvez gérer votre point de vente sans vision à long terme ni objectifs chiffrés. Ceux-ci doivent être le plus fiable possible pour vous permettre de déceler rapidement toute anomalie et...

Un inventaire de stock réussi en 5 étapes

Un inventaire de stock réussi en 5 étapes

Un inventaire de stock réussi en 5 étapesUn inventaire de stock consiste à compter et évaluer le stock d’une entreprise. Cette opération permet entre autres choses de mieux gérer ses possessions, savoir s’il y a des produits en mauvais états devant être remplacés,...

Les différents statuts juridiques d’entreprises

Les différents statuts juridiques d’entreprises

Les différents statuts juridiques d’entreprisesL’une des étapes importantes lors de la création d’entreprise est le choix du statut de celle-ci. C’est une décision particulièrement importante parce qu’elle a un impact sur plusieurs critères comme le nombre d’associés,...

Les documents comptables indispensables pour un commerçant

Les documents comptables indispensables pour un commerçant

Les documents comptables indispensables pour un commerçant Au cours de chaque année fiscale, les entreprises doivent élaborer, tenir à jour et conserver soigneusement certains documents comptables, ceux-ci étant requis par les autorités fiscales en cas de contrôle....

Réglementation des paiements en espèces

Réglementation des paiements en espèces

RÉGLEMENTATION DES PAIEMENTS ESPÈCES Si d’après une étude publiée en novembre 2020 par le site www.statista.com, le moyen de paiement préféré des français est la carte bleue, le recours aux paiements en espèces demeure, encore aujourd’hui, monnaie courante. Toutefois,...

     Web4cell - Addictill
       6 rue Léonard de Vinci
       Maison de la Technopole - CS 20119
       53000 LAVAL

   contact@addictill.fr

   01 83 75 06 98 (Service Commercial)
        01 83 75 06 99 (Service Technique)

@    www.addictill.fr ou www.addictgroup.fr